[CITOYEN] Le MAG à Gustav’ !

par Gustav’

Le mardi 7 mai 2019, les élèves de la 2de1 ont eu le plaisir d’accueillir Mélina et Juliette du MAG Jeune LGBT+ Paris. Le MAG est le Mouvement d’Affirmation des jeunes Gays. On peut retrouver davantage d’informations sur leur site internet : www.mag-jeunes.com. Cette intervention fut pour les élèves très enrichissante puisqu’elle leur a permis d’apprendre de nombreuses choses et d’éclaircir certaines questions que les élèves pouvaient se poser.

Les intervenants ont distingué le sexe biologique (sexe assigné à la naissance), le genre social et l’orientation sexuelle d’un individu. En effet, il est important de ne pas mélanger ces trois terme indépendants les uns des autres.
Le sexe biologique comprend trois possibilités : un individu peut naitre mâle, femelle ou intersexe. Ce dernier désigne le fait que le sexe à la naissance se situe entre le mâle et la femelle, qu’on ne peut définir.
Le genre social désigne, quant à lui, la façon dont une personnes se perçoit du point de vue des codes sociaux qu’il connaît. Ainsi, on peut se sentir garçon sans être né avec un sexe masculin et vice et versa. Et certains individu peuvent également se considérer d’un autre genre, ce sont les non-binaires. Par ailleurs, les individus qui ne se sentent pas en adéquation avec un genre en particulier sont appelés agenre. Et, au contraire, les personnes qui s’attribuent le genre généralement associés à leur sexe biologique sont appelé cis-genres. A l’inverse, les transgenres ont un sexe biologique opposé à leur genre attribué. Par exemple, une personne née avec un sexe femelle peut se sentir garçon. Cependant, ils ne sont pas à confondre avec les transsexuel(le)s qui ont subi une opération chirurgicale pour changer de sexe et ainsi coïncider avec leur genre.
Parmi celles-ci on trouve les hétérosexuels et les catégories présentent dans l’acronyme LGBT+ : les lesbiennes, les gays, les bisexuel(le)s, les transexuel(le)s et la multitudes d’autres catégories symbolisées par le +.

La question du consentement a également été abordée. Une thématique primordiale qui doit être prise au sérieux, voici ce que le MAG a pu apprendre aux élèves sur la question :
– l’individu doit être pleinement conscient et ne doit pas être drogué ou alcoolisé pour que son oui soit valable ;
– lors d une relation sexuelle, il est possible pour chacun des partenaires de retirer son accord à tout moment ;
– dans le cas d’une relation employeur employé, le oui de l’employé ne compte pas car ce dernier est considéré par la loi comme sous pression, donc il pourrait avoir peur de se faire licencier ;
– lorsque le consentement n’est pas libre et éclairé il s’agit d un viol.

Les intervenantes ont enfin présenté les différentes formes de discriminations que les homosexuels et les transgenres subissent au quotidien. La plus répandue par rapport aux LGBT+ est l’homophobie qui est un dérivé du sexisme : en effet de nombreuses insultes étant destinées aux homosexuels et aux transgenres sont au féminin. De plus on peut voir que notre société est fondée sur des stéréotypes associant les homosexuels à la féminité. Par exemple les gays sont vus comme étant efféminés, entourés d’amies et fragiles. Pour y remédier, il faut absolument aider la personne sans se mettre en danger en lui montrant qu’on la soutient, aller voir une personne de confiance et ne surtout pas la outer, c’est-à-dire faire son coming-out à sa place car c’est à elle de le faire.

Certains jeunes ayant une orientation sexuelle différente de la norme (pour la société) sont rejetés par leurs parents et parfois même mis à la rue. Ces jeunes sont accueillis par le Refuge qui est une association qui aide les jeunes homosexuels en difficulté.

Les élèves de la 2de 1