Quelques éléments à connaître...

par Mme Vien

Gustave Eiffel est un ingénieur et entrepreneur français de la fin du XIXe siècle, essentiellement connu pour la réalisation de la tour qui porte son nom, à Paris. Il a fait sa carrière en construisant des ouvrages d’art en fer, matériau novateur pour l’époque qui permettait d’édification de structures ne pouvant pas être faites en pierre...

  • Sa jeunesse, sa formation (1832-1855)
    Gustave Eiffel est né le 15 décembre 1832 à Dijon de François-Alexandre Eiffel et de Catherine Mélanie Moneuse. Il passe sa prime enfance auprès de sa grand-mère maternelle dans cette même ville, où il intègrera le lycée. En 1850, à sa sortie le baccalauréat en poche, il quitte Dijon pour entrer au collège sainte Barbe en vue de la préparation du concours d’entrée à Polytechnique. Mais il échoue et choisit d’entrer à l’Ecole Centrale de Paris dont il sortira diplômé en 1855. Sa spécialité est alors la chimie, mais il s’oriente professionnellement parlant vers la métallurgie, domaine d’activité que sa mère connait et dans lequel elle a des relations.
  • Activités professionelles (1856-1887)
    Sa carrière commence lorsqu’il est embauché chez Charles Nepveu, un constructeur de machines à vapeur et de matériel pour les chemins de fer. Il y fera ses premières armes mais n’y resta qu’un an puisque, dès 1857 est prend la responsabilité du bureau d’études de Pauwels et Compagnie. C’est dans cette entreprise qu’il fera ses premiers ouvrages d’art. Entre 1858 et 1860 il s’attèle à l’étude du pont de Bordeaux. En 1866 il quitte la Pauwels et Compagnie et s’installe ingénieur-conseil à son compte, puis, l’année suivante, créé sa propre société avec laquelle il créé un viaduc de la ligne de chemin de fer entre Commentry et Gannat. Ce viaduc l’occupera jusqu’en 1871. Jusqu’en 1873 il travaillera pour divers chantiers de viaducs en Espagne, en Roumanie, au Portugal, en Egypte, en Amérique latine et sur le viaduc de Thouars, sur la ligne Brive-Tulle. En 1875 il conçoit la gare de l’Ouest de Budapest et l’année suivante le pont Maria Pia, qui enjambe le Douro, au Portugal. Il fera ensuite quelques ouvrages pour l’exposition universelle de 1878, et les charpentes métalliques du Bon Marché, du Crédit Lyonnais à Paris, celle des caves Birrh à Thuir, près de Perpignan, etc. En 1879 il s’attèle à la construction des ponts de Viana et de Beira Alta, au Portugal, et en 1880 au pont du Szeged, en Hongrie. De 1880 à 1884 il passe beaucoup de temps sur ce qui est parfois considéré comme un chef d’oeuvre, le viaduc de Garabit. Durant cette période il continue à travailler sur d’autres chantiers, livrant le pont de Cubzac (1882), le viaduc sur la Tardes (1883), la coupole du grand équatorial dans l’observatoire de Nice. Il se diversifie un peu en créant des ponts démontables qu’il fait envoyer en Indochine. En 1885 il fait un travail original qui change de ses habitudes. Il conçoit et construit la structure interne de la Statue de la liberte qui est relativement complexe à faire. Les travaux de 1887 à 1889 sont essentiellement consacrés à la construction d’une tour de 300m en plein Paris, pour l’exposition universelle de 1889. C’est la fameuse Tour Eiffel, mais c’est aussi l’une de ces toutes dernières réalisations.